Jeu


Programme de traitement de l'addiction au jeu

 

A partir de quand le jeu ne devient plus une banale activité agréable?

Voici quelques signes du jeu excessif:

- Penser constamment au jeu.

- Négliger sa famille, son travail, ses études, son entourage.

- Augmenter le temps consacré au jeu, jouer des sommes d'argent de plus en plus importantes.

- Mentir à son entourage à propos du jeu, voler...

Le jeu excessif toucherait environ 3 % de la population adulte en Suisse (1% de joueurs pathologiques et 2% de joueurs dits problématiques). 

Comme dans les autres addictions, la prise en charge du joueur excessif est complexe.

Elle débute par un entretien d'évaluation , qui à l'aide de questionnaires, permet d'avoir une vision globale de la situation et de définir s'il s'agit bien de jeu excessif.

Par la suite, un traitement est proposé, lequel peut inclure, entre autre, une thérapie de type cognitif .

Un travail en réseau (famille, couple, service de désendettement...) est fréquemment associé à la prise en charge. 

Ci-joint, le fichier présentant des modalités de traitement des joueurs excessifs. Ce power point a été présenté lors d'une conférence publique en mai 08 à Neuchâtel. 
Document PowerPoint 835.5Ko

 
Post-scriptum: modèle de compréhension de l'addiction au jeu à travers l'histoire

Article publié dans la Revue Dépendances, octobre 2010, no 41 

 

 
Document PDF 60.58Ko

 
Aucune information disponible
Infos

Jeu excessif

La Fondation Neuchâtel Addictions s'est vu confier le mandat de "lutte contre la dépendance au jeu pathologique" par le Département de la santé et des affaires sociales. Le programme de traitements du jeu excessif est actuellement offert par la Balise à la Chaux-de-Fonds et le Drop-in à Neuchâtel.

Pour tout renseignement sur le jeu:
032 886 86 86

+ d'infos