Drogues de synthèse



Les  "designer drugs" ou  "club drugs" demeurent des produits très à la mode, notamment (mais pas exclusivement) dans les milieux techno. Les "designer drugs" constituent des produits stupéfiants créées par des chimistes sur une planche à dessin. Si certains de ces produits étaient initialement destinés à un usage médical, leur "recette", leur production et leur écoulement ont été repris par des fabriquants clandestins. Parmi ces produits, citons l’ecstasy (MDMA) et ses dérivés, les pilules dites thaïes (la méta-amphétamine) ou le PMA (ou "Death").

Ces substances sont de puissants stimulants. En ce qui concerne l’ecstasy, les effets les plus fréquemment recherchés sont l’empathie, la facilitation du contact, l’acceptation de soi et des autres, l’absence de défensivité ainsi qu’un sentiment de paix. Quant aux amphétamines thaïes, l’effet stimulant ainsi que l’accroissement de la confiance en soi qui lui est lié sont encore plus puissants. Par contre, l’effet "empathique" est inexistant. 

Les risques concernent à la fois le somatique et le psychique. Sur le plan somatique, citons les nausées, l’épuisement, les arythmies cardiaques, les hyperthermies ou encore l’AVC. Sur le plan psychique, notons les troubles dépressifs, les troubles du sommeil, les réactions agressives, les confusions mentales, les hallucinations, voire même l’apparition de troubles psychotiques aigus chez des personnes présentant déjà une vulnérabilité. Ajoutons qu’une consommation massive d’amphétamines thaïes peut provoquer des lésions cérébrales par ruptures des neurofibrilles neuronales. Le consommateur présente des symptômes similaires à ceux d’une commotion cérébrale!

L'installation d'un traitement, toujours individualisé, procède de la logique de la "boîte à outils". Parmi les outils proposés par le Drop-In, citons:

- les outils diagnostics: anamnèse, tests, CIM-10 ou DSM 4

- l'entretien motivationnel 

- la thérapie de soutien psycho-social

- la psychothérapie 

- la thérapie de famille

- les médicaments psychotropes

- travail en réseau avec d'autres partenaires

 

 
Infos

Jeu excessif

La Fondation Neuchâtel Addictions s'est vu confier le mandat de "lutte contre la dépendance au jeu pathologique" par le Département de la santé et des affaires sociales. Le programme de traitements du jeu excessif est actuellement offert par la Balise à la Chaux-de-Fonds et le Drop-in à Neuchâtel.

Pour tout renseignement sur le jeu:
032 886 86 86

+ d'infos